Le violoncelle

À propos de l'auteur : Stefan Joubert

Stefan Joubert est le directeur de l'Institut de Musique de Paris. Passionné par l'éducation musicale pour adultes, il croit qu'il n'est jamais trop tard pour commencer à apprendre un instrument de musique.

Le violoncelle est issu du rebec (petit instrument du Moyen-âge) puis au XVI ème siècle de la basse de violon plus grande que le violoncelle. La taille de cet instrument va subir des modifications et va devenir de plus en plus grand ce qui le rendra injouable pour la main gauche car les écarts n’étaient plus adaptés à la main.

La basse de violon possédait trois cordes, puis une quatrième lui sera ajoutée en 1550. La forme, l’accord en quintes ainsi que la taille du violoncelle seront définitivement fixés par Andréa Amati (luthier à Crémone en 1550).

La première mention officielle où le terme violoncello apparaît se trouve dans les « dodici sonate a duo e a tre » op.4 de Giulio Cesare Arresti, compositeur de Bologne.

La naissance du violoncelle ne lui assure pas une réputation immédiate. Le violoncelle reste discret au XVII ème et XVIII ème siècle. Certains compositeurs tels Henry Purcell, Marin Marais ou François Couperin ne s’habituent pas à cet instrument et précisent bien dans leurs oeuvres qu‘elles sont destinées à « la basse de viole » et non au violoncelle.

Mais à la fin du XVIII ème siècle, la basse de viole est définitivement supplantée par le violoncelle.

Le violoncelle est d’abord confiné au rôle de basse continue en secondant le clavecin.

Certains compositeurs, Antonio Vivaldi et Luigi Boccherini dotent cet instrument de nombreux concertos. La virtuosité débute au XVIII ème siècle, les violoncellistes deviennent des virtuoses et tiennent à le faire savoir.

La période romantique est un moment très important dans la technique du violoncelle, beaucoup de traités et méthodes sont écrits par des violoncellistes compositeurs (David Popper, Jean-Louis Duport, Friedrich Dotzauer…).

Au XX ème siècle, il prend une place importante en musique de chambre en France grâce à des compositeurs comme Maurice Ravel, Gabriel Fauré ou Claude Debussy.

Il existe plusieurs tailles de violoncelle par orde croissant en fonction de la taille du musicien: seizième, huitième, quart, demi, trois-quarts, sept-huitièmes, entier (il existe aussi des entiers de tailles différentes). Les instruments actuels ont une longueur de corps variant entre 74 cm pour les plus petits à 76,5 cm pour les plus grands.

Violoncelliste jouant du violoncelle

La pique, pièce de métal (parfois en bois tourné ou fibre de carbone), fut ajoutée au milieu du XIX ème siècle par le violoncelliste Auguste-Joseph Franchomme car le violoncelle baroque n’en possédait pas.

Cette pièce coulisse à l’intérieur de l’instrument afin d’ajuster la hauteur du violoncelle suivant la taille et le confort du musicien, puis est posée sur le sol grâce à une pointe métallique qui se trouve à son extrémité. Elle est posée soit directement au sol ou sur une planche en bois, Plexiglas… et par la complexification de la technique de la main gauche, la pique a été rendue nécessaire pour obtenir une plus grande stabilité de l’instrument.

L’utilisation de la pique fut accélérée par le violoncelliste belge Adrien-François Servais et le luthier lillois Joseph Hel qui participa à sa création.

Paul Tortelier, grand violoncelliste créé au XX ème siècle, une pique qui comporte un angle quasiment droit permettant de remonter l’instrument encore plus vers l’horizontale.

Un violoncelle est généralement fabriqué en épicéa et érable ondé.

La caisse de résonance est faite d’une table et d’un fond bombé. Les deux parties sont reliées par les éclisses et sont échancrées au milieu par les C permettant à l’archet de jouer sur les cordes extrêmes do et la.

Le violoncelle possède 4 cordes accordées en quintes : do (la plus grave), sol, ré, la. Elles étaient auparavant faites en boyau mais sont de nos jours en acier. Il existe trois tensions: basse, moyenne et haute. La partie colorée qui se trouve à l’extrémité d’une corde permet d’identifier le fabricant, le modèle et la tension de la corde.

Les cordes en boyau produisent un son plus riche et plus chaleureux mai sont plus de mal à tenir l’accord car elles sont très sensibles à l’hygrométrie.

Violoncelliste en train de jouer

Le chevalet (une pièce de bois en érable) est situé entre les cordes et la table d’harmonie. Il sert à transmettre les ondes vibratoires des cordes jusqu’à la table. Cette dernière va alors amplifier l’onde sonore qui a été générée.

Le chevalet sert également à maintenir l’espacement entre les cordes et à les maintenir à la bonne hauteur par rapport à celui-ci.

Les ouïes sont deux trous taillés dans la table du violoncelle, qui permettent de faire sortir le son de l’instrument. Elles sont disposées symétriquement de part et d’autre de l’axe central formé par les cordes. Leur forme est en F ou S.

Le cordier est une pièce en plastique, ébène, buis ou palissandre qui permet de maintenir les cordes et qui compte des tendeurs pour affiner l’accord des 4 cordes. Il est fixé au bouton de l’instrument (sous le violoncelle) par un attache cordier en kevlar, nylon ou métal.

Il était à l’origine en boyau et les tendeurs n’existaient pas encore. L’accord de l’instrument se faisait par les chevilles qui se trouvent au niveau de la tête de l’instrument (la volute).

L’âme est un petit bout de bois en cylindre inséré dans la caisse de l’instrument et qui permet l’amplification du son. Elle est précisément installée sous le pied du chevalet, du côté de la corde aigüe (la).

Il transmet les vibrations depuis la table jusqu’au fond du violoncelle.

Sa mise en place et son ajustement demande une très grande précision au millimètre près.

Les Giles sur le violoncelle

Le violoncelle est joué avec un archet qui frotte les cordes, d’où le terme instrument à cordes frottées mais il peut également être joué en pizzicato, c’est à dire avec les doigts de la main droite.

Un archet est une baguette de bois sur laquelle est fixée une mèche en crin de cheval. Son nom vient de sa ressemblance avec un arc (il était autrefois en forme d’arc).

Le frottement de la mèche sur les cordes créé une vibration, un son amplifié par la caisse du violoncelle.

L’archet comporte plusieurs pièces: la baguette, le crin, la hausse, pièce qui assure la tension du crin grâce à un bouton, une plaque de tête (elle protège la tête de l’archet en cas de choc) ainsi qu’une petite pièce nommée « recouvrement » glissée dans la hausse et qui cache le crin à l’intérieur de celle-ci.

Le violoncelle est un instrument consacré à la musique classique occidentale mais est également utilisé dans la musique traditionnelle d’Italie et d’Afrique du nord, dans les orchestres de tango, dans le métal (Apocalyptica) et dans la musique pop/rock (2 cellos).

Les légendes de cet instrument sont : Pablo Casals, Mstislav Rostropovicth, Jacqueline du Pré, Maurice Maréchal, Anner Bylsma, Adrien-François Servais

Partagez cet article!

La guitare

L’aspect technique et historique de la guitare est souvent délaissé par les guitaristes alors qu’ilme paraît essentiel de connaître les bases « théoriques » de l’instrument que l’on a choisi de [...]

Rejoignez l’académie de musique pour adultes la plus distinguée de Paris

Cours de musique réservés exclusivement aux adultes de tous âges et de tous niveaux

Titre

Aller en haut